14 Septembre 2016

Depuis l’entrée en vigueur de la Charte canadienne des droits et libertés,les tribunaux du pays sont au cœur des changements politiques. Confrontés aux procès et aux décisions des tribunaux, les gouvernements ont été forcés d’élaborer ou de modifier des politiques dans des domaines tels que les centres d’injection supervisés, le travail du sexe, la marijuana thérapeutique, l’aide médicale à mourir et l’avortement. Ces décisions charnières pour la jurisprudence canadienne font de plus en plus appel aux recherches en sciences sociales pour fournir des données probantes. L’objectif de cet atelier d’une journée soutenu par la Fondation Pierre Elliott Trudeau est d’améliorer la compréhension du rôle crucial que jouent les sciences sociales dans les stratégies d’instance et la prise de décision au niveau judiciaire, ainsi que pour l’examen des pratiques exemplaires permettant de développer et d’utiliser efficacement les données fournies par les sciences sociales en appui aux initiatives de changement politique devant les tribunaux.

Appel aux conférenciers

Un certain nombre de juges, de chercheurs et d'organisation d'importance se sont déjà engagés à prendre la parole, mais il reste de la place dans le programme pour de nouvelles perspectives.

Les chercheurs, praticiens, décideurs, magistrats et organisations sont invités à soumettre:

  • des conférences ou des résumés analytiques (300 mots maximum) et
  • une courte biographie (100 mots maximum)

À Benjamin Perryman au plus tard le 30 septembre 2016.

Nous accueillons les contributions des chercheurs et des praticiens à l’égard de n’importe quel élément lié au thème et nous encourageons les soumissions provenant de toutes les disciplines pertinentes, ainsi que les perspectives critiques et gouvernementales.

Date et lieu de la conférence

Mercredi 16 novembre 2016
Salle C400, UBC Robson Square
The University of British Columbia
800 Robson Street
Vancouver (Colombie-Britannique) V6Z 3B7 Canada

En savoir plus

 

Benjamin Perryman

Benjamin Perryman (droit, Yale University) analyse la « science du bonheur » afin que la justice canadienne prenne mieux en compte les besoins et aspirations de tous les citoyens, y compris des personnes marginalisées.

Boursiers 2015