14 Mars 2016

Ancien journaliste et boursier Trudeau 2013, Gerald Bareebe est doctorant en science politique à l’Université de Toronto. Il s’intéresse à la personnalisation du pouvoir en Afrique subsaharienne. Le mois dernier, à l’occasion des élections législatives et présidentielle en Ouganda, son pays d’origine, il a pu mettre en pratique ce qui l’anime : la promotion des droits et des libertés au nom de ceux qui ne peuvent se défendre.

Comme les autorités ougandaises ont bloqué les réseaux sociaux et les applications de messagerie le jour de l’élection, Gerald Bareebe et ses collègues ont aidé leurs concitoyens à contourner la censure. Ils ont diffusé de l’information sur la marche à suivre pour installer un réseau privé virtuel (VPN) et ainsi rétablir leur accès aux plateformes médias. Un VPN permet de cacher l’identité et la localisation de l’utilisateur. Il s’agit de la même technologie utilisée par les internautes pour regarder une version internationale de Netflix, ou par les Chinois pour avoir accès à des sites Internet bloqués par les pare-feux du gouvernement. Ainsi, on pouvait être au Canada et voter en Ouganda.

« Parce que les médias locaux ont très peur du régime, nous avons utilisé Twitter et Facebook pour révéler des histoires d’arrestations au sein du parti de l’opposition et pour publier des images d’électeurs en train de se faire battre par l’armée dans des bureaux de vote. »

Lire les articles (en anglais seulement) dans lesquels Gerald est cité :
National Post
CBC

Pour en savoir davantage sur les recherches doctorales de Gerald Bareebe

Gerald Bareebe

The Role of Military in State Consolidation, Regime Legitimation and Nation-Building in Uganda and Rwanda

Boursiers 2013