4 Mars 2016

Les enjeux touchant au tissu social, au déplacement des populations et au sentiment d’appartenance sont parmi les questions les plus complexes et les plus controversées auxquelles sont confrontées nos sociétés. Puisqu’elle favorise la réflexion critique et l’engagement touchant des questions d'importance pour notre avenir collectif, la Fondation Pierre Elliott Trudeau a organisé une série d’événements à la fin de février et au début de mars sur ces sujets. Ceux-ci ont attiré à Londres, au Royaume-Uni, près de 200 personnes, autant des acteurs de la société civile et du secteur privé, des universitaires, des responsables des politiques et des politiciens que des boursiers, lauréats et mentors de la communauté de la Fondation.

Table ronde sur les bénéfices économiques de la diversité

Le 29 février, le Haut-Commissariat du Canada a convié des membres de la diaspora canadienne à un petit-déjeuner pour discuter des bénéfices économiques de la diversité, en compagnie de la lauréate 2015 Bessma Momani, du mentor 2016 John Stackhouse et de la mentore 2015 Jillian Stirk. Première consultation publique du projet sur le pluralisme de Mmes Momani et Stirk - financé par l’initiative des domaines d’enquête prioritaires de la Fondation, la réunion a exploré comment les expatriés canadiens restent connectés avec leur pays d’origine, ce que d’autres pays font pour tirer profit de leurs citoyens à l’étranger et comment le Canada optimise l’expertise à l’international.

Frontières et sentiment d’appartenance : la notion de citoyenneté dans une ère de transition

La soirée du 29 février a marqué le début du séminaire « Frontières, sentiment d’appartenance et citoyenneté dans une ère de transition ». Organisé en collaboration avec le Collège Goodenough, le séminaire s’est ouvert avec un panel qui a révélé l’admiration internationale pour le programme canadien de parrainage privé des réfugiés et a mis en lumière les enjeux des législateurs européens pour concilier l’hospitalité envers les réfugiés et les effets des politiques d’austérités. Les séances du lendemain ont aussi retenu l’attention, notamment les interventions de la vice-présidente des ressources humaines internationales de Google, des journalistes reconnus pour leur couverture de la crise des réfugiés, du ministre en charge des trois millions de personnes de la diaspora indienne au Royaume-Uni, ainsi que des spécialistes du droit international des réfugiés. Les riches échanges ont porté sur la crise internationale des déplacements, le futur de la diversité dans un monde changeant et sur les implications économiques et sociales du transnationalisme.

Atelier sur l’extrémisme violent

Le 2 mars, le lauréat 2013 Kent Roach a convié certains des meilleurs intellectuels londoniens dans le domaine de l’extrémisme violent et de juristes sur la sécurité nationale à une discussion sur les tendances britanniques et canadiennes en matière de législation anti-terroriste, des risques pour les libertés civiles et des conséquences pour la cohésion sociale.

Bessma Momani

L'expertise de la professeure Bessma Momani porte sur la gouvernance économique mondiale, l’économie politique au Moyen-Orient, la culture d’entreprise et la jeunesse arabe.

Lauréats 2015

Jillian Stirk

Retraitée après 30 ans au sein du service extérieur canadien, elle met à contribution son expertise stratégique en politique étrangère et en négociations multilatérales.

Mentors 2015

John Stackhouse

Journaliste primé et ancien rédacteur en chef du Globe and Mail, John Stackhouse est maintenant premier vice-président à la Banque royale du Canada, où il offre des conseils sur les politiques publiques ainsi que sur les affaires économiques, politiques et sociales.

Mentors 2016

Kent Roach

Spécialiste du droit constitutionnel et défenseur des droits de la personne, il s’est illustré par ses travaux sur les certificats de sécurité dans la foulée de la lutte au terrorisme et à la réparation des abus des pensionnats autochtones.

Lauréats 2013