9 Juin 2015

   MONTRÉAL (QUÉBEC) – La Fondation Pierre Elliott Trudeau annonce aujourd’hui les nouveaux récipiendaires des bourses d’études doctorales en sciences humaines et sociales les plus convoitées au Canada. Les seize boursiers Trudeau sont des étudiants exceptionnels qui se sont distingués, non seulement par l’excellence de leur dossier académique, mais grâce à leur engagement dans la communauté et à leur volonté d’apprendre et d’établir des relations au-delà des cercles universitaires. Le groupe se joint à un réseau de quelque 370 chercheurs prometteurs, intellectuels publics et décideurs d’expérience mus par l’intérêt de mettre leurs connaissances et compétences au service d’enjeux d’importance pour le Canada et le reste du monde. 

Les boursiers Trudeau de 2015 sont :

  • Erin Aylward (science politique, Université de Toronto) met son expérience en développement international au profit de la recherche sur l’influence du militantisme et de la diplomatie internationale sur l’opinion publique et l’action politique en Afrique sub-saharienne.
  • Samara Brock (études environnementales, Yale University) étudie le rôle du Canada dans l’évaluation et la minimisation de l’impact des activités minières sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, au pays et ailleurs dans le monde.
  • Avram Denburg (politique de la santé, Université McMaster) est un pédiatre-oncologue qui travaille à l’élaboration d’un cadre décisionnel plus cohérent et s’appuyant sur les valeurs de la population canadienne, pour le financement public des nouveaux médicaments contre le cancer chez les enfants.
  • Marie-France Fortin (droit, Université Laval) étudie la règle historique de l’immunité de l’État, ici au Canada et ailleurs dans le monde. Elle émet l’hypothèse que sa limitation ou son abolition pourraient être plus en phase avec les principes démocratiques de la société actuelle.
  • Bailey Gerrits (études politiques, Université Queen’s) rêve d’un avenir sans violence sexuelle. Elle étudie la couverture médiatique réservée à la violence conjugale et s’intéresse au portrait « non-canadien » que semblent en brosser les médias canadiens.
  • William Hébert (anthropologie sociale et culturelle, Université de Toronto) observe à quel égard le Canada pourrait s’inspirer de l’expérience du Brésil pour mieux protéger les droits et conditions des personnes transgenres, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du milieu carcéral.
  • Jennifer Jones (géographie, Université de Guelph) cherche la meilleure méthode pour évaluer les effets du développement de l’industrie minière sur la santé et le bien-être des communautés autochtones du nord du Canada.
  • Andréanne LeBrun (histoire, Université de Sherbrooke) mise sur son expérience d’enseignante au niveau secondaire pour étudier les effets des différents modèles de citoyenneté et d’engagement politique enseignés dans les écoles québécoises au cours du XXe siècle.
  • Caroline Lieffers (histoire de la science et de la médecine, Yale University) étudie l’influence des personnes en situation de handicap sur l’esprit d’appartenance des Américains au cours des XIXe et XXe siècles. Elle observe à quel point cette histoire a modelé les relations entre ces citoyens et l’État.
  • Rebeccah Nelems (sociologie, Université de Victoria) s’intéresse à la façon dont les jeunes perçoivent l’empathie et comment celle-ci affecte leur notion de citoyenneté responsable, leur engagement civique et leurs interactions sociales.
  • Jennifer Peirce (justice pénale, City University of New York) étudie les réformes carcérales des vingt dernières années en Amérique Latine et dans les Caraïbes et leurs effets sur les conditions de détention et la réhabilitation des détenus.
  • Benjamin Perryman (droit, Yale University) jumellera le droit constitutionnel et la science récente sur le bonheur afin de faire en sorte que les décisions rendues par la justice canadienne tiennent mieux compte des besoins et aspirations de tous les citoyens, y compris des personnes marginalisées.
  • Tahnee Prior (gouvernance mondiale, Université de Waterloo) souhaite définir un nouveau cadre de gouvernance qui permette de gérer les enjeux complexes causés par les changements climatiques, l’exploitation des ressources, les migrations et les conflits de juridiction en Arctique.
  • Meaghan Thumath (sciences infirmières, Université de la Colombie-Britannique) est une infirmière issue de la santé publique qui cherche à accroître l’accès aux soins de santé de première ligne pour les femmes autochtones, au Canada et ailleurs dans le monde.
  • Ben Verboom (intervention sociale, University of Oxford) cherche à mieux comprendre et à favoriser le recours à la science dans l’élaboration des politiques de santé mondiale par les institutions canadiennes et internationales.
  • Anelyse Weiler (sociologie, Université de Toronto) s’intéresse à l’expérience des travailleurs agricoles migrants au Canada pour éclairer la mise en place des systèmes alimentaires à la fois plus équitables et écologiques au niveau local et international.

À propos des bourses
Au cours de leur bourse de trois ans, les boursiers Trudeau œuvrent au sein d’une communauté inspirante et engagée composée d’autres boursiers, de mentors et de lauréats, contribuant ainsi à accélérer leur développement professionnel. En plus d’un traitement annuel de 40 000 dollars, la bourse Trudeau comprend une indemnité de déplacement et de réseautage de 20 000 dollars, qui facilite le travail de terrain des récipiendaires, accroît leur influence dans la communauté universitaire et leur permet d’organiser des événements ou de participer à ceux mis de l’avant par la Fondation. Depuis la création du programme en 2003, la Fondation a octroyé 187 bourses d’études doctorales, ce qui représente un investissement de 20 millions de dollars pour accroître le capital intellectuel du Canada.

À propos de la Fondation
La Fondation Pierre Elliott Trudeau est un organisme de bienfaisance indépendant et sans affiliation politique créé en 2001 par les amis, la famille et les collègues de l’ancien premier ministre pour lui rendre hommage. Avec l’appui de la Chambre des communes, le gouvernement du Canada lui a confié en 2002 la gestion du Fonds pour l’avancement des sciences humaines et humanités. La Fondation bénéficie aussi du soutien de ses donateurs. Grâce à ses bourses doctorales, prix de recherche, mentorat et événements publics, la Fondation suscite la réflexion et l’engagement dans quatre thèmes cruciaux pour les Canadiens : les droits de la personne, la citoyenneté responsable, le Canada dans le monde et l’environnement.

Erin Aylward

Erin Aylward (science politique, Université de Toronto) analyse l’influence du militantisme et de la diplomatie internationale sur l’opinion publique et l’action politique en Afrique sub-saharienne.

Boursiers 2015

Samara Brock

Samara Brock (études environnementales, Yale University) étudie le rôle du Canada dans l’évaluation et la minimisation de l’impact des activités minières sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, au pays et ailleurs dans le monde.

Boursiers 2015

Avram Denburg

Le projet d’Avram Denburg (politique de la santé, Université McMaster) tente d’élaborer un cadre décisionnel de financement public des nouveaux médicaments pour traiter le cancer chez les enfants au Canada.

Boursiers 2015

Marie-France Fortin

Marie-France Fortin (études juridiques, University of Cambridge) étudie la règle historique de l’immunité de l’État en émettant l'hypothèse que sa limitation ou son abolition pourraient être plus en phase avec les principes démocratiques de la société actuelle.

Boursiers 2015

Bailey Gerrits

Bailey Gerrits (études politiques, Université Queen’s) examine la couverture médiatique sur la violence confugale et s'intéresse au portrait « non-canadien » que semblent en brosser les médias canadiens.

Boursiers 2015

William Hébert

William Hébert (anthropologie sociale et culturelle, Université de Toronto) dégage les leçons que pourrait tirer le Canada de l'expérience du Brésil sur les droits et conditions des personnes transgenres, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du milieu carcéral.

Boursiers 2015

Jennifer Jones

Jennifer Jones (géographie, Université de Guelph) cherche la meilleure méthode pour évaluer les effets du développement de l’industrie minière sur la santé et le bien-être des communautés autochtones nordiques au Canada.

Boursiers 2015

Andréanne LeBrun

Andréanne LeBrun (histoire, Université de Sherbrooke) mise sur son expérience d’enseignante au niveau secondaire pour étudier les effets des différents modèles de citoyenneté et d’engagement politique enseignés dans les écoles québécoises au cours du XXe siècle.

Boursiers 2015

Caroline Lieffers

Caroline Lieffers (histoire de la science et de la médecine, Yale University) étudie la relation entre citoyenneté et personnes en situation de handicap aux Etats-Unis au cours des XIXe et XXe siècles, afin de mieux comprendre comment divers groupes peuvent contribuer à la société.

Boursiers 2015

Rebeccah Nelems

Rebeccah Nelems (sociologie, Université de Victoria) s’intéresse à l’empathie chez les jeunes et comment cela affecte leur notion de citoyenneté responsable, leur engagement civique et leurs interactions sociales.

Boursiers 2015

Jennifer Peirce

Jennifer Peirce (justice pénale, City University of New York) étudie les réformes carcérales des vingt dernières années en Amérique Latine et dans les Caraïbes et leurs effets sur les conditions de détention et la réhabilitation des détenus.

Boursiers 2015

Benjamin Perryman

Benjamin Perryman (droit, Yale University) analyse la « science du bonheur » afin que la justice canadienne prenne mieux en compte les besoins et aspirations de tous les citoyens, y compris des personnes marginalisées.

Boursiers 2015

Tahnee Prior

Tahnee Prior (gouvernance mondiale, Université de Waterloo) souhaite définir un nouveau cadre de gouvernance qui permette de gérer les enjeux complexes causés par les changements climatiques, l’exploitation des ressources, les migrations et les conflits de juridiction en Arctique.

Boursiers 2015

Meaghan Thumath

Meaghan Thumath (politique sociale et intervention, Université d'Oxford) est une infirmière issue de la santé publique qui cherche à atténuer les iniquités structurales et améliorer l'accès aux soins de santé primaires pour les femmes autochtones au Canada et à l'échelle internationale

Boursiers 2015

Ben Verboom

Ben Verboom (intervention sociale, University of Oxford) cherche à mieux comprendre et à favoriser le recours à la science dans l’élaboration des politiques de santé mondiale par les institutions canadiennes et internationales.

Boursiers 2015

Anelyse Weiler

Anelyse Weiler (sociologie, Université de Toronto) cherche à comprendre comment le point de vue des travailleurs agricoles migrants en Amérique du Nord sur l’environnement, la santé et des questions d’équité peuvent favoriser les efforts locaux et internationaux pour mettre en place des systèmes alimentaires plus durables.

Boursiers 2015