20 Septembre 2016

La Fondation Pierre Elliott Trudeau appuie la recherche de pointe qui mise sur la participation communautaire au Canada et ailleurs

La Fondation Pierre Elliott Trudeau est heureuse d’annoncer les noms des récipiendaires des prix de recherche Trudeau 2016. Chaque année, la Fondation remet jusqu’à cinq prix de recherche à des intellectuels en sciences humaines et sociales qui se démarquent par leurs accomplissements, leur volonté de communiquer les résultats de recherche au public et leur habileté à trouver des solutions novatrices aux grands défis sociaux du Canada et du monde.

Les questions abordées par les cinq récipiendaires sont :

  • le droit transnational du travail,
  • les initiatives novatrices des peuples autochtones face aux changements climatiques,
  • l’étroite relation entre les infrastructures et la notion de citoyenneté,
  • le rôle de la création littéraire dans les enjeux du changement climatique,
  • les rouages complexes de la responsabilité légale des multinationales.

En plus de recevoir la somme de 225 000 dollars au cours des trois prochaines années, chaque lauréate pourra compter sur le vaste réseau intellectuel de chercheurs et d’experts qui, depuis 14 ans, se sont joints à la communauté de la Fondation, soit 63 lauréats, 117 mentors et 202 boursiers.

Le président et chef de la direction de la Fondation, Morris Rosenberg, se réjouit des projets proposés par les lauréates Trudeau de 2016 : « Je suis heureux d’accueillir ces cinq femmes exceptionnelles dans la communauté interdisciplinaire, intergénérationnelle et intersectorielle que forment les boursiers, les lauréats et les mentors de la Fondation Pierre Elliott Trudeau. Les projets présentés par les lauréates permettront d’éclairer des enjeux sociétaux de première importance, et leurs démarches communautaires et collaboratives élargiront nos connaissances sur ces questions. »

Les lauréates Trudeau 2016

Adelle BlackettFaculté de droit, Université McGill (Québec) - Misant sur sa recherche et son engagement envers la justice sociale, particulièrement concernant les droits des travailleurs domestiques et migrants, Adelle Blackett effectuera des études de cas, dirigera des discussions de fond et formulera des recommandations sur le droit transnational du travail dans un monde interconnecté.

 

Deborah CowenDépartement de géographie et d’urbanisme, Université de Toronto (Ontario) - Dans le cadre de ses recherches, Deborah Cowen s’intéresse à la manière dont les conflits d’infrastructure ont défini notre paysage politique. Elle réexamine la notion de citoyenneté en se penchant sur des cas particuliers du secteur de l’énergie, du transport et de la sécurité, tout en collaborant avec des mouvements et des communautés qui contestent les injustices des infrastructures et proposent des alternatives.

 

Catherine PotvinDépartement de biologie, Université McGill (Québec) - Spécialiste de la protection des forêts tropicales humides et des questions liées aux changements climatiques, Catherine Potvin favorise l’apprentissage interculturel afin de permettre aux peuples autochtones du Canada de participer activement à la transition du pays vers une économie sobre en carbone et une société durable.

 

Poonam PuriOsgoode Hall Law School, Université York (Ontario) - Forte de son expérience en gouvernance d’entreprise, Poonam Puri proposera des politiques et des pistes de solutions juridiques pour rendre les grandes multinationales responsables de leurs actes lorsqu'elles lèsent des personnes ou des communautés.

 

Catriona SandilandsFaculté d’études environnementales, Université York (Ontario) - Le projet de Catriona Sandilands mettra en place un riche débat public sur les changements climatiques, la justice environnementale et le quotidien en abordant l’écriture, des histoires et des récits – de fiction et de non-fiction, traditionnels ou expérimentaux – comme un terreau fertile pour développer des solutions créatives, collaboratives, justes et appropriées aux enjeux environnementaux.

À propos du prix de recherche Trudeau

Le prix de recherche la Fondation Pierre Elliott Trudeau a été créé en 2003 pour souligner des initiatives originales et des projets novateurs qui ne recevraient pas nécessairement de soutien dans le cadre des subventions traditionnelles. Proposés par leurs pairs et choisis par un jury indépendant, les candidats proviennent de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales et leur travail porte sur l’un ou plusieurs des quatre thèmes phares de la Fondation.

Depuis 2014, chaque lauréat propose un projet collaboratif qui implique la participation des lauréats, mentors et boursiers de la Fondation.

L’appel de nomination du prix de recherche 2017 est en cours jusqu’au 2 décembre 2016. 

Adelle Blackett

Misant sur sa recherche et son engagement envers la justice sociale, particulièrement concernant les droits des travailleurs domestiques et migrants, Adelle Blackett effectuera des études de cas, dirigera des discussions de fond et formulera des recommandations sur le droit transnational du travail dans un monde interconnecté.

Lauréats 2016

Deborah Cowen

Dans le cadre de ses recherches, Deborah Cowen s’intéresse à la manière dont les conflits d’infrastructure ont défini notre paysage politique. Elle réexamine la notion de citoyenneté en se penchant sur des cas particuliers du secteur de l’énergie, du transport et de la sécurité, tout en collaborant avec des mouvements et des communautés qui contestent les injustices des infrastructures et proposent des alternatives.

Lauréats 2016

Catherine Potvin

Spécialiste de la protection des forêts tropicales humides et des questions liées aux changements climatiques, Catherine Potvin favorise l’apprentissage interculturel afin de permettre aux peuples autochtones du Canada de participer activement à la transition du pays vers une économie sobre en carbone et une société durable.

Lauréats 2016

Poonam Puri

Forte de son expérience en gouvernance d’entreprise, Poonam Puri proposera des politiques et des pistes de solutions juridiques pour rendre les grandes multinationales responsables de leurs actes lorsqu'elles lèsent des personnes ou des communautés.

Lauréats 2016

Catriona Sandilands

Le projet de Catriona Sandilands mettra en place un riche débat public sur les changements climatiques, la justice environnementale et le quotidien en abordant l’écriture, des histoires et des récits – de fiction et de non-fiction, traditionnels ou expérimentaux – comme un terreau fertile pour développer des solutions créatives, collaboratives, justes et appropriées aux enjeux environnementaux.

Lauréats 2016