15 Février 2018

Depuis 2006 au Canada, la question de savoir s’il faut autoriser la propriété privée sur les terres réservées aux Premières Nations autochtones a suscité la controverse. Les réactions au sein des communautés autochtones ont été variées : alors que l'Assemblée des Premières Nations l'a officiellement rejetée en 2010, la Commission de la fiscalité des Premières Nations, dirigée par Manny Jules, argue que l’accès à la propriété privée permettrait à beaucoup de Canadiens autochtones de voir leur niveau de vie s’améliorer. Dans un article (anglais seulement) publié dans les Annals of the American Association of Geographers le 18 janvier 2018, Jeremy Schmidt a retracé les processus bureaucratiques derrière les tentatives fédérales de créer des régimes de propriété privée sur les terres réservées aux Autochtones. Pour Schmidt, l'Initiative d'accession à la propriété des Premières Nations (EPPN) du gouvernement actuel n'est rien de moins qu'un « reconditionnement de la dépossession comme la restauration du territoire et de la propriété des Autochtones » (traduction par nos soins).

Jeremy Schmidt est un boursier Trudeau 2009 et professeur adjoint en géographie humaine à Durham University. Lisez son article ici (accès restreint).

Jeremy Schmidt

Jeremy est professeur adjoint en géographie humaine à Durham University.

Boursiers 2009