27 Mars 2018

Alors que les analyses théoriques de la sécularisation abondent, il nous manque des observations ethnographiques de la façon dont la sécularisation affecte réellement les citoyens dans les États laïcs – en particulier lorsque ces citoyens sont des citoyennes croyantes. Cette observation a poussé Pascale Fournier, boursière 2003 de la Fondation, et son co-auteur Jacques Berlinerblau à publier une ethnographie (anglais seulement) des femmes traditionalistes juives et musulmanes cherchant à divorcer au Canada, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. Publié dans Secularism and Nonreligion le 22 mars 2018, « Recadrer les prémisses laïques : Le divorce chez les femmes musulmanes et juives traditionalistes au sein de l’État laïc » (traduction par nos soins) montre comment les femmes religieuses traditionalistes qui tentent de dissoudre leur mariage dans un contexte juridique laïc doivent lutter avec une « double navigation » : elles doivent simultanément négocier les demandes et les systèmes juridiques de l'État laïc et de leurs communautés religieuses. La professeure Fournier et son co-auteur remettent également en question les suppositions selon lesquelles l’acceptation d’un divorce « bon marché » reflèterait la passivité et la soumission de ces femmes aux exigences religieuses, démontrant au contraire que ces femmes agissent sur les conditions de leur réalité sociale alors même qu’elles font face à des circonstances difficiles.  

Pascale Fournier est une boursière 2003 de la Fondation, est professeure titulaire au sein de la Section de droit civil de l’Université d’Ottawa et commissaire à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Lisez son article ici.

Pascale Fournier

Présidente et chef de la direction

Équipe 2018