Kent Roach

Spécialiste du droit constitutionnel et défenseur des droits de la personne, il s’est illustré par ses travaux sur les certificats de sécurité dans la foulée de la lutte au terrorisme et à la réparation des abus des pensionnats autochtones.

Kent Roach est un avocat universitaire qui s’intéresse à plusieurs domaines touchant à la justice pénale et au droit constitutionnel. Il a mené d’importants travaux sur la question des lois antiterroristes au Canada et dans plusieurs autres pays. Dans le cadre de son travail, il étudie le rôle de la révision judiciaire dans la démocratie, les recours prescrits par les tribunaux ou autres institutions, les effets des systèmes de justice pénale sur les peuples autochtones au Canada ainsi que les erreurs judiciaires ou autres échecs du système de justice pénale.

Q & A

Comment vous décririez-vous?

Je suis un universitaire engagé qui combine la recherche sur plusieurs enjeux actuels et l’exercice du droit, tant pour offrir des services juridiques bénévoles que pour travailler sur des commissions d’enquête.

Quel est l’impact de votre travail sur la scène publique? Comment affecte-t-il la vie des Canadiens et des Canadiennes?

Mon travail vise à tester notre engagement envers la justice pour les plus désavantagés de la société – les personnes condamnées à tort, les gens victimes de préjudices lors d’activités de sécurité, les victimes des pensionnats et ceux dont les droits ont été violés en vertu de la Charte. Mon travail se centre sur la mise en place de réparations efficaces et significatives pour ceux qui ont été traités injustement. Je me penche aussi sur la mise en place de réformes systémiques pour prévenir d’éventuelles injustices.

Présentez-nous en deux mots une de vos découvertes les plus intéressantes.

J’ai effectué un examen critique du rôle des tribunaux, des législatures et de l’exécutif dans la protection des droits de la personne et dans la mise en place de mesures contre leurs violations, notamment dans le cadre de la prévention accrue contre le terrorisme après les attaques du 11 septembre ainsi que la réponse aux préjudices intergénérationnels dans les pensionnats. J’ai été conseiller auprès des Premières Nations et des groupes de libertés civiles dans bon nombre de causes célèbres liées à la discrimination envers les Autochtones ou aux réparations constitutionnelles.

Comment le prix Trudeau vous aidera-t-il à poursuivre votre travail?

Le prix Trudeau me permettra d’approfondir mon travail sur les réparations constitutionnelles et les condamnations à tort ailleurs qu’au Canada, et ce, afin d’étudier la situation dans des pays qui sont aux prises avec la prévention et la réparation d’injustices et de repérer des thèmes, des défis et des pratiques exemplaires communes.

Kent Roach est professeur de droit à l’Université de Toronto, où il est titulaire de la Chaire Prichard-Wilson de droit et de politiques publiques. Il est diplômé des universités de Toronto et Yale et a été auxiliaire juridique de feue la juge Bertha Wilson à la Cour suprême du Canada. M. Roach est rédacteur en chef de la revue Criminal Law Quarterly depuis 1998, Membre de la Société royale du Canada depuis 2002 et Membre de l'Ordre du Canada depuis 2015.

M. Roach est l’auteur de douze livres, dont Constitutional Remedies in Canada (gagnant du prix Owen en 1997), Due Process and Victims’ Rights (finaliste au prix Donner en 1999), The Supreme Court on Trial: Judicial Activism or Democratic Dialogue? (finaliste au prix Donner en 2001), Brian Dickson: A Judge’s Journey, en collaboration avec Robert Sharpe (gagnant du prix Dafoe 2003), September 11: Consequences for Canada (nommé comme l’un des livres les plus importants de 2003 par la Literary Review of Canada) et The 9/11 Effect: Comparative Counter-Terrorism (corécipiendaire de la médaille Mundell en 2012). Ses textes sur le droit criminel et la Charte canadienne des droits et libertés sont abondamment utilisés. M. Roach a dirigé plusieurs recueils d’essais, notamment Global Anti-Terrorism Law and Policy et The Security of Freedom. Il a publié plus de 175 articles et chapitres dans des revues et des livres du monde entier.  

M. Roach a souvent été conseiller bénévole pour des intervenants dans des causes devant la Cour suprême du Canada portant sur les réparations fondées sur la Charte, la sécurité nationale et les Premières Nations dans le système de justice pénale. Il a travaillé pour les commissions de vérité et de réconciliation, Ipperwash et Arar, et a été directeur de recherche pour la Commission d’enquête sur la médecine légale (Goudge) de même que pour la Commission d’enquête sur l’attentat à la bombe commis contre le vol d’Air India. À l’échelle internationale, il a été conseiller pour la loi de 2002 sur le terrorisme en Indonésie et pour la nouvelle constitution en Tunisie. Ses intérêts de recherche portent, notamment, sur l’examen comparé des recours constitutionnels, de la lutte contre le terrorisme et des condamnations injustifiées.

  • 17 Mai 2017
    Chaque année, le Conseil des arts du Canada décerne deux prix Molson – l'un dans les arts, l'autre en sciences sociales et humaines – à des Canadiens qui se sont distingués par des réalisations exceptionnelles, afin de les encourager à poursuivre leur contribution au patrimoine culturel et intellectuel du Canada. Cette année le lauréat 2013 Kent Roach a remporté le prix en sciences sociales et humaines. M.
  • 31 Mai 2016
    Kent Roach, lauréat Trudeau 2013 à l’Université de Toronto, expert en droit constitutionnel et défenseur des droits de la personne, remporte deux prix prestigieux avec son collègue Craig Forcese pour leurs travaux analysant l’équilibre entre les libertés civiles et la sécurité nationale.
  • 4 Mars 2016
    Les enjeux touchant au tissu social, au déplacement des populations et au sentiment d’appartenance sont parmi les questions les plus complexes et les plus controversées auxquelles sont confrontées nos sociétés. Puisqu’elle favorise la réflexion critique et l’engagement touchant des questions d'importance pour notre avenir collectif, la Fondation Pierre Elliott Trudeau a organisé une série d’événements à la fin de février et au début de mars sur ces sujets.