Samuel Blouin

Boursiers
2016
Mentor(s): 
Programme d'étude:
Doctorat en sociologie et sciences des religions
Affiliation actuelle:
Université de Montréal | Université de Lausanne
Région:

Samuel Blouin (sociologie et sciences des religions, Université de Montréal et Université de Lausanne). À partir d'une enquête de terrain, Samuel examine comment deux modèles d’assistance à mourir, au Québec et à Vaud en Suisse, mettent à l’épreuve les frontières de la médecine, du droit et de la vie.

Projet de recherche

L’administration de la mort, des paroles aux actes : comparaison de deux régimes d’assistance à mourir (Québec, canton de Vaud)

Le projet de thèse de Samuel, déjà en cours, prend pour objet deux pratiques, l’aide médicale à mourir au Québec et l’assistance au suicide dans le canton de Vaud (Suisse). De la réaction du public face à l’assistance à mourir jusqu’à l’institutionnalisation de ces pratiques, il s’intéresse à la façon dont, individuellement et collectivement, des gens délibèrent sur ces questions, arriment une question intime comme la mort à des débats de société (système de santé, justice criminelle, valeurs communes, rôle de l’État) et se donnent les moyens de composer avec le trouble suscité par l’assistance à mourir (légalisation, dépénalisation, délégation à des associations). Dans les deux contextes, il se penche sur ce qu’il appelle l’« administration de la mort », au double sens du geste consistant à (se) donner la mort et de la gestion du processus y conduisant, soit une façon de tenir compte de l’expérience des gens et des dispositifs institutionnels.

Samuel Blouin est doctorant en cotutelle au Département de sociologie de l’Université de Montréal et à l’Institut de sciences sociales des religions contemporaines de l’Université de Lausanne en Suisse. Il détient un baccalauréat et une maîtrise en sociologie de l’Université de Montréal qu’il a complétés en seulement quatre années. Il milite également pour la défense et la promotion des droits humains à titre de membre du conseil exécutif de la Ligue des droits et libertés.

Parallèlement à son travail de thèse, Samuel coordonne les activités de la Chaire de recherche du Canada en étude du pluralisme religieux de la professeure Valérie Amiraux, ce qui l’a amené notamment à participer à l’élaboration de projets de recherche et à la préparation d’expertises sociologiques pour des affaires judiciaires. Il est également signataire de textes académiques et a présenté ses travaux dans plusieurs colloques. Il a aussi participé à une semaine d’ateliers de collaboration internationale sur les discriminations en France (2013), réalisé un séjour d’études en Allemagne (2013) et été visiting student au Département de sciences politiques et sociales de l’Institut universitaire européen à Florence (2014).

Samuel n’a par ailleurs pas cessé de multiplier les engagements. Dans le milieu universitaire, il a été membre de plusieurs comités au sein de son département et a contribué à son dynamisme. Hors du milieu universitaire mais toujours en s’inspirant de ses travaux, il s’est engagé à la Ligue des droits et libertés, notamment dans les comités « Laïcité, racisme et exclusion sociale » et « Droits des peuples autochtones ». Son implication a été reconnue par la Fondation Desjardins qui lui a décerné la bourse Coopération et démocratie en 2012.