Profile picture for user jason.luckerhoff

Jason Luckerhoff

  • Boursier.e 2006
  • Ancien.ne 2006
Profile picture for user jason.luckerhoff
Professeur titulaire en communication et culture
Université du Québec à Trois-Rivières
Profil

Jason Luckerhoff est professeur titulaire en communication et culture à l’Université du Québec à Trois-Rivières, directeur de la revue Minorités linguistiques et société, co-directeur de la collection Culture et publics aux Presses de l’Université du Québec et directeur du Consortium national d’expertise en inclusion sociale. 

Il est aussi président du comité consultatif de la Coalition Publica, un partenariat stratégique créé au printemps 2017 par Érudit et Public Knowledge Project (PKP) dédié à l’avancement de la diffusion de la recherche et de la publication savante en sciences humaines et sociales et en arts et lettres, au Canada et dans le monde. La création la Coalition Publica est une initiative canadienne qui s’inscrit dans un mouvement international de redéfinition des rapports de force pour soutenir la libre circulation des connaissances, en contexte de transition vers le libre accès, et de développement des perspectives de recherche en sciences humaines et sociales. 

Jason Luckerhoff a co-fondé et co-dirigé les revues Approches inductives (avec François Guillemette) et Enjeux et société (avec Normand Labrie et François Guillemette) de 2012 à 2021. Il a été chef de section et responsable des programmes de maîtrise et de doctorat en communication à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il a travaillé au sein du Conseil de planification pour une université de langue française en Ontario (2017-2018) avant d’être détaché pour un an (2019-2020) à titre de vice-recteur au développement des programmes et des savoirs à l’Université de l’Ontario français à Toronto. Par la suite, il a travaillé avec différentes organisations qui contribuent à la vitalité et à la pérennité de la francophonie canadienne, comme l’ACUFC, le RCCFC et l’AUF. 

À titre de boursier, et ensuite en tant que vice-président du conseil d’administration et président du réseau des ancien.ne.s. de la Fondation Pierre Elliot Trudeau, Jason a été un ambassadeur du bilinguisme pour la FPET. Il a aussi été membre du comité consultatif du Musée canadien des droits de la personne, où il a travaillé sur les enjeux des droits linguistiques.

Il est titulaire d’un baccalauréat en communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières (2003), d’une maîtrise en communication publique de l’Université Laval (2006) et d’un doctorat en communication et en éducation de l’Université Laval (2011). 

Il est récipiendaire de bourses d’excellence de la Fondation Pierre Elliott Trudeau, de la Fondation de l’Université Laval, du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), du Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC), de Desjardins et de la Faculté des lettres de l’Université Laval.

Expérience à titre de boursier Trudeau

Comme le fait remarquer le spécialiste de la vulgarisation scientifique, Daniel Jacobi, le fait d’écrire pour être compris par le public profane ou plus simplement pour le non-spécialiste suscite toujours débats et polémiques. Est-il possible de ne pas appauvrir, simplifier, dégrader et même dénaturer la science que l’on prétend vulgariser? Est-il possible de rendre accessibles les discours scientifiques? Sont-ils voués à demeurer hors de portée des non-spécialistes? La Fondation Trudeau ne propose pas aux boursiers des réponses toutes faites à ces questions. Elle préconise un dialogue fructueux entre les universitaires et les décideurs des milieux des arts et des affaires, de l’administration publique, des professions libérales ainsi que du secteur bénévole et communautaire. Elle permet aux boursiers de constater que le discours du vulgarisateur scientifique n’est pas autonome ni indépendant du discours scientifique produit pour ses pairs. Le boursier se situe, lors de toutes les rencontres de la Fondation, au centre d’un champ hétérogène de discours et de tendances opposés.

Mes quatre années à titre de boursier 2006 de la Fondation m’auront permis de discuter en toute collégialité de mes travaux avec des professeurs-chercheurs (lauréats), des boursiers de divers horizons disciplinaires et avec des mentors ayant une riche expérience à partager. La relation privilégiée avec ma mentore m’aura permis de mieux planifier les projets que j’ai mis de l’avant. Le programme d’indemnité annuelle mis à la disposition du boursier pour financer ses déplacements liés à la recherche m’aura donné l’occasion d’étudier à l’Université d’Avignon pendant une session, de travailler au Musée du Louvre dans le cadre de ma thèse et de présenter des résultats de recherche au Québec, ailleurs au Canada et dans quelques pays d’Europe. La bourse de la Fondation Trudeau donne accès à une expérience qu’on ne peut pas résumer à un soutien financier. Bien plus qu’un appui dans mon parcours doctoral, l’expérience de boursier Trudeau a changé ma vie.