Profile picture for user catherine.dauvergne

Catherine Dauvergne

  • Fellow 2012
  • Ancien.ne.s
Profile picture for user catherine.dauvergne
Professeure en Droit
Université de la Colombie-Britannique
Profile

Catherine Dauvergne est spécialiste du droit de l'immigration et des réfugiés au Canada et dans le monde. Son travail de recherche est ancré dans la conviction que la façon dont nous définissons et contrôlons les frontières de nos sociétés détermine la nature de nos engagements politiques et en dit beaucoup sur l'identité nationale. Les lois frontalières sont le terrain de discriminations flagrantes où les aspirations d'allégeance nationale deviennent évidentes.

Mme Dauvergne est à la fois avocate stratégique et analyste de la vision d'ensemble, aspects qui se reflètent tous deux dans son travail. Son livre Making People Illegal: What Globalization Means for Migration and Law (Cambridge University Press, 2008) est étudié dans plusieurs disciplines et a été réimprimé trois fois. Elle a codirigé nombre d'études empiriques d'envergure sur la prise de décision au sujet des réfugiés dans le monde. Mme Dauvergne a publié trois autres livres et plus de cinquante articles, chapitres et analyses de lois. Elle travaille régulièrement comme bénévole juridique pour des personnes ou des organismes voués aux réfugiés et aux immigrants. Elle est souvent invitée par les médias pour commenter l'actualité sur ces enjeux. Mme Dauvergne est sur le point de terminer un projet de recherche sur l'échec de la Charte canadienne des droits et libertés dans la protection des non-citoyens.

Catherine Dauvergne a grandi à Edmonton. Elle a étudié le droit à l'Université de la Colombie-Britannique et a été auxiliaire juridique du juge en chef Antonio Lamer. Elle a terminé son doctorat à l'Université nationale australienne et, pendant quatre ans, elle a été membre de la Faculté de droit de l'Université de Sydney avant de revenir au Canada. De 2002 à 2012, Mme Dauvergne a été titulaire de la chaire de recherche du Canada en droit migratoire à l'Université de la Colombie-Britannique. Le Centre d'études juridiques féministes de l'Université de la Colombie-Britannique a été pour elle un lieu de stimulation intellectuelle, tant comme étudiante que comme chercheuse.