Profile picture for user william.e.rees

William E. Rees

  • Ancien.ne 2007
  • Fellow 2007
Profile picture for user william.e.rees
Professeur en écologie humaine
de planification communautaire et régionale (SCARP) de l’Université de la Colombie-Britannique
Profil

William Rees détient un doctorat en écologie humaine de l’Université de Toronto et il a enseigné à l’École de planification communautaire et régionale (SCARP) de l’Université de la Colombie-Britannique de 1969 à 2011. Il a créé dans cette école, qu’il dirigeait de 1994 à 1999, un champ d’études en environnement et planification des ressources.

Le travail de M. Rees porte essentiellement sur les conditions socioéconomiques et écologiques nécessaires à la durabilité des sociétés dans le contexte actuel de l’accélération des changements écologiques sur la planète. Ce spécialiste de l’écologie humaine et de l’économie écologique est à l’origine du concept appelé « empreinte écologique », un outil d’analyse de la durabilité largement employé et qui a contribué à reprendre le débat sur la capacité limite de l’humanité. Son livre, Notre empreinte écologique (1996), co-écrit avec Mathis Wackernagel, alors étudiant au doctorat, a été traduit en neuf langues. M. Rees a rédigé plusieurs chapitres de livres et plus de 125 articles parus dans des revues évaluées par les pairs. Il est auteur de nombreux articles de vulgarisation traitant du problème de la durabilité pour l’humanité. Son projet d’écriture actuel emprunte des éléments de réponse à diverses disciplines pour aborder la question suivante : « l’humanité est-elle par nature non durable ? »

M. Rees est membre fondateur et ancien président de la Société canadienne d’économie écologique. Il est cofondateur de l’initiative One-Earth. Il est également chercheur pour le projet Global Integrity, qui vise à définir les conditions écologiques et politiques nécessaires à la protection de la biodiversité et au maintien de la santé humaine. Le travail de M. Rees est reconnu dans le monde entier. Il a été invité à présenter ses travaux de recherche dans plus de 25 pays; en 2012, il a reçu le prix Boulding Memorial en économie de l'environnement et le prix Blue Planet avec son ancien étudiant, Mathis Wackernagel. En 2006, William Rees était élu membre de la Société royale du Canada.