Espaces de leadership engagé: droits humains

  

Spaces

 

En alternance avec la série Émergence, les mentor.e.s et fellows 2019 poursuivent notre programme de formation en leadership à travers la série Espaces de leadership engagé, conçue pour les membres de la communauté uniquement. Ces présentations peuvent prendre la forme d'ateliers interactifs ou de tables rondes.

 

Diriger la protection des droits humains au Canada face à la pandémie de COVID-19

Les gouvernements à tous les niveaux ont agi de façon exceptionnellement rapide pour ralentir la propagation de la COVID-19. Bien que cette pandémie crée des défis pour tout le monde dans notre société, elle est particulièrement difficile pour ceux et celles qui vivent dans des situations de vulnérabilité. Les personnes vivant dans la pauvreté, les femmes et les enfants qui fuient la violence domestique, les personnes vivant dans des refuges, dans la rue ou qui sont à risque de se retrouver dans la rue, les personnes handicapées ou souffrant de problèmes de santé, celles ayant des problèmes de santé mentale, les personnes âgées vivant seules ou en institution, et les personnes dans les établissements correctionnels ne doivent pas être oubliées ou ignorées. La montée du racisme depuis le début de la pandémie est également très préoccupante. Il s'agit à la fois d'une question de sécurité publique et de droits humains fondamentaux. L’égalité, la dignité et le respect doivent demeurer au centre de nos efforts de protection des droits. À travers le Canada, les Commissions des droits de la personne trouvent des façons nouvelles et différentes de collaborer, de communiquer et de faire leur important travail. Cette séance de leadership engagé sera l'occasion de discuter des questions suivantes: Quels sont les enjeux les plus pressants en matière de droits humains découlant de cette crise sanitaire? Comment les décideur.se.s devraient-ils.elles répondre à ces défis?  Quels conseils pouvons-nous offrir en ce qui concerne le fait de diriger une organisation en temps de crise?

 

Le 25 juin 13h00 à 14h00 (HAE) 

Christine Hanson

 

Séance dirigée par la mentore 2019 Christine Hanson

Christine Hanson est présidente de la Commission des droits de la personne de la Nouvelle-Écosse. Elle est également présidente de l’Association canadienne des commissions des droits de la personne depuis 2019. Avant de retourner en Nouvelle-Écosse, Christine a travaillé en tant qu’avocate internationale et diplomate dans divers rôles au sein d’Affaires mondiales Canada (AMC).

 

Panélistes:

⭐ Marie-Claude Landry, Ad. E., est présidente de la Commission canadienne des droits de la personne depuis mars 2015. Antérieurement cofondatrice du cabinet d’avocats Landry, Boucher Avocats Inc., Mme Landry est une leader reconnue. Toujours soucieuse de placer la personne au coeur de ses actions, Mme Landry utilise son leadership pour protéger les personnes en situation de vulnérabilité et promouvoir les droits de la personne pour tous. 

⭐ Kasari Govender est devenue la première commissaire indépendante aux droits de la personne de la Colombie-Britannique en septembre 2019. Elle a consacré sa vie à la promotion des droits de la personne, en particulier les droits des plus marginalisé.e.s et vulnérables. De 2008 à 2019, Govender a occupé des postes de direction à West Coast LEAF, notamment en tant que directrice exécutive à partir de 2011. Ses expériences antérieures incluent des rôles clés dans la création du Rise Women’s Legal Centre, une clinique juridique à but non lucratif en Colombie-Britannique.

⭐ Philippe-André Tessier a été nommé président de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec en février 2019. Il était vice-président responsable du mandat Charte de la Commission depuis décembre 2017 et assurait l'intérim de la présidence depuis mars 2018. Avant sa nomination à la Commission, il était chef du groupe de droit du travail chez Robinson Sheppard Shapiro, et ce, autant comme avocat que comme conseiller en relations industrielles agréé (CRIA). 

 

Commentatrice : Laya Behbahani, boursière 2020

Le travail doctoral de Laya porte sur l'expérience des survivant.e.s de la traite d’êtres humains, de l'esclavage et du travail forcé dans les États du Golfe du Moyen-Orient, en se concentrant sur le système de parrainage (kafala) qui, selon elle, permet l'exploitation systémique de la main-d'œuvre migrante. Son travail actuel explore l'impact de la COVID-19 sur le travail forcé dans les chaînes d'approvisionnement mondiales.