Une invitation aux espaces de courage

Malgré les difficultés inhérentes à cette année qui nous traverse, nous parvenons tout de même à chérir ces moments de légèreté et de convivialité qui nous unissent. Nous vivons aussi des moments d’excitation à la Fondation Pierre Elliott Trudeau, car c’est aujourd’hui que nous lançons nos programmes 2021 et que nous nous préparons à découvrir les boursier.e.s, fellows et mentor.e.s qui se joindront à notre formidable communauté au cours de l’année à venir!   

 

En raison de la pandémie, le processus sera beaucoup plus virtuel qu’à l’ordinaire. Malgré tout, la Fondation cherchera comme toujours à décerner cette bourse remarquable aux doctorant.e.s les plus brillant.e.s du Canada et de l’étranger. Grâce au programme de développement du leadership de la Fondation, ces boursier.e.s seront guidé.e.s par une nouvelle cohorte de fellows et de mentor.e.s, des figures de proue de leurs institutions et communautés respectives, dans le cadre du cycle scientifique Langue, culture et identité, qui débutera en 2021. 

 

En amont de ce lancement qui nous fait honneur, nous avons soupesé les nombreuses réflexions des derniers mois. De fait, nous avons été collectivement confronté.e.s à l’isolement, à l’injustice, au deuil. Les fissures dans les fondations de notre société ont été révélées au grand jour. Ainsi, nous avons pris conscience du fait que les défis qui se profilent dans notre avenir commun sont de plus en plus complexes et multidimensionnels. Alors que nous nous apprêtons à rebâtir, une chose est claire: ce seront celles et ceux qui aspirent à construire des ponts et à nourrir des relations de confiance qui parviendront à offrir des solutions nuancées et interdisciplinaires aux multiples défis qui se présentent à nous. 

 

Academic freedom FR

 

De plus, la pandémie a accentué nos relations d’interdépendance, qui sont aujourd’hui plus évidentes que jamais. Dans ce contexte de vulnérabilité qui expose crûment la fragilité de la vie, combattre le feu par le feu ne mène pas au dialogue constructif. Loin d’être propice aux politiques de division, la crise actuelle nous invite à imaginer autrement la société de demain. Pour proposer les prochaines étapes et mettre en place les façons de les réaliser, une multiplicité de voix et de visions sera nécessaire à la table décisionnelle. 

 

Les critères de sélection du concours 2021 inaugurent des changements significatifs ancrés dans le Plan stratégique 2019-2024 de la Fondation. Il est important de noter que ces critères ont été élaborés à partir de la définition de la diversité telle qu’elle figure dans le plan, y compris l’engagement envers une diversité de perspectives, qui figurera dorénavant sous l’enseigne « pluralité de perspectives ». Nous cherchons toujours des boursier.e.s doté.e.s de grandes capacités intellectuelles, mais souhaitons également l’apport de ceux et celles qui font preuve d’une écoute et d’une curiosité profondes, qui explorent des zones grises et qui montrent une ouverture envers une pluralité de personnes, de cultures, d’idéologies et de perspectives. Conjointement avec cette nouveauté, la Fondation est heureuse que ses programmes soient désormais placés sous le signe des espaces de courage, des espaces responsables et démocratiques qui accueillent avec ouverture l’expression et le débat d’une multiplicité d’idées. Cet engagement envers les espaces de courage, qui privilégient de solides débats tout en offrant un filet de sécurité sous forme de politiques, de cercles d’empathie et de respect mutuel, reconnaît qu’il est important pour un ou une futur.e leader engagé.e d’être confronté.e à des discussions difficiles et parfois inconfortables. 

 

La Fondation a consulté de nombreux comités pour effectuer ces changements. Je souhaite remercier les membres du comité exécutif du conseil d’administration (présidé par Patrick Pichette), du sous-comité consultatif stratégique (présidé par Tom Axworthy), du comité consultatif sur la diversité (coprésidé par Mary Anne Chambers et Romeo Saganash) et, enfin, du comité d’étude des demandes et mises en nomination (CEDMN) présidé par la conseillère scientifique en chef du Canada, Mona Nemer. Les membres du CEDMN ont donné l’approbation finale aux critères, conformément à notre accord de financement, et feront les recommandations pour la sélection prochaine des boursier.e.s, fellows et mentor.e.s. 

 

Prenez également note que les candidat.es admissibles doivent maintenant soumettre leur candidature directement à la Fondation. Auparavant, les universités présentaient une liste de candidat.e.s présélectionné.e.s; cette étape ne fera plus partie du processus en 2021. Bien que les universités demeurent des partenaires essentiels dans notre processus de sélection, ce processus ouvert permettra à un plus grand nombre de candidat.e.s d’être pris.e.s en considération pour la bourse de la Fondation Pierre Elliott Trudeau. Nous sommes impatient.e.s de découvrir les meilleur.e.s candidat.e.s, ceux et celles qui excellent dans leur champ d’études, ont démontré leur potentiel  de leadership et d’engagement, font preuve d’agilité et de résilience et, surtout, qui partagent notre souci d’inclure et d’entendre une pluralité de perspectives.  

 

S’agissant du débat en cours dans le monde académique, on constate que les universités sont devenues des maisons divisées contre elles-mêmes. Chacun des groupes impliqués dans le débat sur la libre expression s’est campé sur ses positions et ne peut plus entendre, ni échanger avec le camp opposé. La communauté intellectuelle doit rassurer ses membres : il est bel et bien possible d’être inclusif.ve.s, courageux.se.s, humbles et libres. D’encourager la pensée critique tout en exposant, en analysant et en déconstruisant les mots qui réifient l’injustice structurelle. De poser des questions difficiles sur le sens, la réappropriation subversive et les blessures. De permettre aux êtres humains d’incarner ce qu’ils ont de plus cher et de plus noble : leur capacité à penser de façon relationnelle, de combiner l’émotion, la raison et les relations. En cette ère de profonde désorientation, pouvons-nous accepter et embrasser les tensions, les angoisses et la peur de parler du passé en rêvant ensemble à un avenir meilleur? 

 

Aujourd’hui, la Fondation Pierre Elliott Trudeau est certaine d’une chose : pour développer une compréhension critique du monde, il est nécessaire d’accepter de déstabiliser les mots et les discours. Dans le cadre de nos espaces de courage, nous vous invitons à prendre part à la conversation et à articuler le pouvoir de façons multiples, voire de façon- paradoxale parfois. Ce chemin sera pavé de cercles d’empathie et de respect mutuel, mais il portera également les marques de l’incertitude et de la pluralité. Que les histoires multiples abondent ! Si quiconque peut entrer dans ces espaces de courage et en ressortir mieux équipé.e pour amener une plus grande compréhension, non seulement du langage mais des débats nationaux, ce sont bien les boursier.e.s de la Fondation Pierre Elliott Trudeau.