Robert Leckey : carte postale du bureau du doyen de la Faculté de droit de l’Université McGill

Sur le plan professionnel, j’ai passé les dernières semaines à travailler avec des collègues de l’administration centrale de l’Université McGill et de ma faculté pour m’adapter à la fin de l’enseignement en classe et nous aider à terminer le trimestre d’hiver 2020. J’ai été encouragé par l’esprit de collaboration dont ont fait preuve les professeurs, le personnel administratif et les étudiants. Les étudiants se sont rapidement mobilisés, utilisant la technologie pour recueillir des données sur les cours qui seraient le plus touchés par l’arrêt de deux semaines et pour ensuite nous en informer. J’en suis venu à mieux comprendre la complexité des activités de l’Université McGill et de la Faculté de droit. De nombreux étudiants de la Faculté de droit de McGill participaient à des échanges ou étaient en stage à l’étranger, et plusieurs étudiants se préparaient à prendre part à des stages internationaux sur les droits de la personne. Les étudiants qui participaient à des cliniques communautaires et à des stages ont tous été touchés par la cessation des activités en personne. L’université possède des animaux d’élevage et des laboratoires dans lesquels on mène une myriade d’expériences délicates. Un très grand nombre d’étudiants ont communiqué avec nous pour nous faire part de leur point de vue sur la décision de l’université de modifier la façon dont les notes sont attribuées pour le trimestre d’hiver. Bien qu’aucun choix de politique d’urgence ne plaise à tous, les étudiants ont, dans l’ensemble, fait preuve de respect et de compréhension à l’égard des nombreux facteurs en jeu. Nous avons annulé tellement d’événements pour le reste de l’hiver et du printemps que vous vous y êtes peut-être un peu habitués, mais l’annulation de notre Skit Nite annuel, qui recueille des fonds pour des organismes de bienfaisance locaux, a été particulièrement difficile, tout comme le fait de recevoir le message de notre recteur annonçant l’annulation des cérémonies de collation des grades du printemps. 

 

Je reconnais que de nombreuses personnes souffrent directement de la crise de la COVID-19 et ne sont d’aucune humeur à y voir quelque bon côté. Cependant, je pense que nous sommes tout de même nombreux à avoir progressé dans notre capacité à interagir grâce à la technologie mise à notre disposition au cours du dernier mois comparativement à il y a cinq ans. Les deux réunions du Conseil de la Faculté que j’ai présidées par Zoom ont réuni plus de 55 participants, soit bien plus que jamais en personne. Il est certainement trop tôt pour se prononcer de façon définitive, mais il sera intéressant de voir les moyens de faire face à la crise que nous conserverons précieusement à long terme. Je pense aussi à la communauté de la Fondation, dispersée un peu partout sur la planète. Peut-être pouvons-nous mieux communiquer que nous ne l’avions imaginé sans avoir besoin de cartes d’embarquement. 

 

Sur le plan personnel, j’ai eu l’honneur, au début de mars, de recevoir un prix dans le cadre des Prix du recteur de l’Université McGill pour l’engagement du public par les médias. J’ai été le premier récipiendaire d’un prix décerné à un acteur de changements, prix auquel on ne peut être nominé et que l’université ne décerne qu’à l’occasion. La lettre du recteur soulignait mon travail de plusieurs années sur les droits des LGBT et, plus récemment, sur le projet de loi 21, la loi québécoise controversée sur la laïcité. C’est particulièrement pertinent ici parce que, alors que j’étais candidat au doctorat et boursier de la Fondation Pierre Elliott Trudeau, mes interactions avec d’autres membres de la communauté de la Fondation avaient confirmé mon engagement à consacrer du temps et des efforts à l’avancement de la sensibilisation du public et des débats dans les médias. Mon mentor, le journaliste Jeffrey Simpson, m’a donné des conseils sur la première lettre d’opinion que j’ai publiée dans le Globe and Mail. Je considère donc que je partage ce prix avec la Fondation. 

Profile picture for user robert.leckey

Robert Leckey

  • Ancien.ne
  • Boursier.e 2003
Robert Leckey enseigne le droit constitutionnel et le droit de la famille, et mène des recherches dans ces domaines ainsi qu’en droit comparé.