24 Avril 2018

Avec l'Accord de Paris, 195 parties se sont engagées à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à financer des solutions d’adaptation au changement climatique. Cependant, et comme dans tout accord, la double question de la responsabilité et du respect des engagements doit être posée. Dans un article (anglais seulement) publié le 24 avril 2018 par la revue Climate Law, Christopher Campbell-Duruflé, boursier 2016 de la Fondation, a soutenu que le respect des engagements sous l’Accord de Paris pouvait être encouragé par une approche fondée sur la responsabilité juridique. Il a recommandé des « pratiques de justification, d'évaluation et de conséquences juridiques » (traductions par nos soins) au sein du Comité d’implémentation et de vérification de l'Accord. Le boursier Campbell-Duruflé a conclu que, même si cette approche est toujours sujette à l'acceptation politique, elle a le potentiel de « favoriser le sentiment de confiance, de réciprocité et d'obligation juridique des parties les uns envers les autres. »

Christopher Campbell-Duruflé est un boursier 2016 et un candidat au doctorat en droit international à l’Université de Toronto. Lisez son article ici.

Christopher Campbell-Duruflé

Christopher Campbell-Duruflé (droit international, Université de Toronto) cherche à analyser comment les nouvelles règles de droit international découlant des négociations des Nations Unies sur les changements climatiques pourraient permettre au Canada et à d’autres acteurs internationaux de s’adapter de manière innovante.

Boursiers 2016