17 Avril 2018

Le 17 avril 2018, le Service pénitentiaire israélien a annoncé qu'il ne maintiendrait plus les détenus transgenres en isolement. La nouvelle politique a été annoncée après que Doreen Bilia, une femme transgenre qui avait été maintenue en isolement dans une prison pour hommes, ait déposé une requête auprès de la Haute Cour de justice d'Israël. Le jour-même, un article (anglais seulement) publié par Haaretz (un journal israélien) a cité Ido Katri, boursier 2016 de la Fondation. Il y a noté que, si la décision représentait un « accomplissement impressionnant » pour « les personnes qui ont le plus besoin de notre protection, » le service pénitentiaire n’était pas allé jusqu’à abolir les fouilles corporelles invasives et la période d’isolation de cinq jours à l’arrivée des détenus transgenres. Tant que le service pénitentiaire continue de mettre l'accent sur le processus d'affirmation du genre et les organes génitaux des détenus, a dit Katri, une réforme plus poussée est nécessaire. Le travail de Katri pour réformer les droits des personnes trans* en Israël a ensuite été mis en vedette dans un article (anglais seulement) de University of Toronto News.

Ido Katri est un boursier 2016 de la Fondation et un candidat au doctorat à la Faculté de droit de l’Université de Toronto. Lisez l’article de Haaretz ici et l'article de UofT News ici.

Ido Katri

Ido Katri (droit, Université de Toronto) propose une approche pour promouvoir l’autodétermination du genre, qui tienne compte à la fois de la diversité des défis propres aux personnes trans et qui valorise leurs expériences vécues avec le système juridique.

Boursiers 2016