Misel Joe

Saqamaw (Chef) et chef administratif du district de Terre-Neuve au sein du Grand Conseil micmac, il est un leader spirituel pour sa communauté et il milite pour en préserver la langue, la culture et les traditions.

Misel Joe est né à Miawpukek au sein d'une grande famille micmaque. Son grand-père et son oncle héritèrent du statut de saqamaw, c'est-à-dire chef. Morris Lewis, son arrière-grand-oncle, fut le premier chef nommé à Terre-Neuve par le grand chef des territoires micmacs. Monsieur Joe a reçu une solide éducation dans la coutume et les traditions micmaques.

À 16 ans, il a eu le choix entre quitter la réserve pour parcourir le Canada à la recherche de travail ou étudier à l'école secondaire d'une localité voisine. Il a opté pour quitter la réserve. Son parcours l'a mené à travailler comme ouvrier agricole, employé de chemin de fer, ouvrier d'usine, travailleur de la construction, camionneur, conducteur d'équipement lourd, employé de ranch, pêcheur commercial, mineur de fond et contremaître.

En 1973, Monsieur Joe est retourné à Miawpukek. Dès lors, il s'est intéressé à la politique touchant aux Premières Nations, tout d'abord comme conseiller puis, en 1982, après le décès de son oncle, le chef William Joe, il est devenu saqamaw et chef du district de Terre-Neuve au sein du grand conseil micmac. En 1988, la collectivité de Miawpukek a décidé d'adopter un système à double chef, soit le rôle traditionnel desaqamaw en plus d'un chef administratif élu tous les deux ans. Il remplit actuellement son sixième mandat consécutif à titre de chef administratif. Durant ces mandats, il s'est très bien acquitté de sa double fonction.

Monsieur Joe est aussi le chef spirituel de son peuple et, à ce titre, il a acquis une notoriété aux niveaux provincial, national et international, notamment dans le domaine de la guérison spirituelle. Il a fait des exposés sur les produits médicinaux autochtones et les pratiques de guérison traditionnelles lors de plusieurs congrès internationaux de médecine parallèle et il a accueilli à Conne River, en 1996, un congrès international sur la guérison.

Il se consacre à la conservation de la langue, de la culture et des traditions de son peuple. Il assume aussi un important rôle public visant une meilleure compréhension des Micmacs de Miawpukek auprès des résidents de Terre-Neuve et du Canada. Dans ce cadre, il a dressé un portrait éloquent de la communauté grâce à des allocutions publiques et à de nombreuses entrevues dans la presse écrite ou électronique.

Monsieur Joe œuvre auprès de nombreux comités et organisations, notamment le comité consultatif Miawpukek Powwow, le conseil des ressources humaines de Miawpukek, le conseil du MAMKA, l'équipe de négociations autochtones de Miawpukek, le comité directeur de l'autonomie gouvernementale, l'agence de développement d'Ulnooweg, le conseil national de Parcs Canada, le Congrès des chefs des Premières Nations de l'Atlantique (conseil exécutif des chefs) et le fonds en fiducie des Premières Nations.

En mai 2004, l'Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador remettait à Misel Joe un doctorat honorifique en droit pour souligner sa contribution au développement économique, social et politique de la population micmaque de la province.