Vathsala Illesinghe

Boursiers
2017
Programme d'étude:
Études sur les politiques
Affiliation actuelle:
Université Ryerson
Région:

Vathsala Illesinghe (études sur les politiques, Université Ryerson) étudie l’effet des politiques d’immigration sur la vulnérabilité à la violence chez les femmes immigrantes ou réfugiées, en se penchant sur les trajectoires migratoires entre le Sri Lanka et le Canada.

Projet de recherche

Les politiques en matière d'immigration et la violence faite aux femmes immigrantes et réfugiées au Canada : une perspective transnationale

Au Canada comme dans de nombreux pays à travers le monde, on estime qu’une femme sur trois sera victime de mauvais traitement par un partenaire au cours de sa vie. Bien que les femmes immigrantes et réfugiées subissent le même type de violence que les femmes non immigrantes, celles-ci doivent faire face à certains risques supplémentaires. Dans un contexte de gouvernance mondiale, de citoyenneté transnationale et de déplacements massifs de personnes réfugiées, les expériences de violence dont les femmes réfugiées sont victimes ne peuvent pas être mises en contexte de la même façon que celles des femmes qui appartiennent à un seul État-nation ou qui sont touchées uniquement par les politiques et les programmes de leur pays.

Cette recherche présente un point de vue transnational dans l'analyse des politiques en matière d'immigration au Canada. Elle vise à déterminer l’impact des politiques en matière d'immigration sur la vulnérabilité des femmes immigrantes et réfugiées par rapport à la violence. Plus particulièrement, elle porte sur la trajectoire de personnes qui ont quitté le Sri Lanka – un pays avec une population à revenu faible ou moyen – pour s’installer au Canada. 

Pays façonné par l'immigration, le Canada ne peut que tirer parti d’une meilleure compréhension des interrelations complexes entre les sexes, la violence et l'immigration ainsi que les incidences que ces facteurs ont sur les politiques, car ce n’est qu’après avoir compris cela qu’il devient possible de garantir l'inclusion, la dignité et les droits des femmes immigrantes et leur citoyenneté pleine et entière au Canada.

Vathsala Illesinghe s’intéresse aux politiques en matière d'immigration et de violence à l’endroit des femmes immigrantes et réfugiées au Canada, d'un point de vue transnational.

Fruit d’une inspiration qui dépasse les frontières, le travail de Vathsala est fortement influencé par son vécu de nouvelle immigrante au Canada. S'appuyant sur une recherche qui s'étend sur des décennies et sur son travail de défense des droits en Asie, Vathsala a acquis une connaissance approfondie de la vulnérabilité des femmes d'Asie du Sud à la violence dans leurs pays d'origine, des complexités entourant leurs situations particulières ainsi que des lacunes dans les services et les programmes gouvernementaux visant à contrer la violence faite aux femmes.

Lorsqu'elle a commencé son travail il y a plus de dix ans, la violence faite aux femmes était un sujet tabou au Sri Lanka, et les victimes étaient stigmatisées. Alors qu'elle travaillait comme médecin dans un hôpital universitaire à Colombo, Vathsala a été témoin des sévices infligés aux femmes. Elle a été parmi les premières à réclamer une intervention du milieu de la santé. Depuis, elle a lutté pour déstigmatiser la dénonciation de ce mal social en publiant certains des ouvrages les plus cités en matière de violence faite aux femmes au Sri Lanka. Elle a aidé à renforcer la capacité des fournisseurs de soins de santé et a travaillé en partenariat avec des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux, en plus de collaborer avec un réseau international de chercheurs s’étant donné pour mission de placer la violence faite aux femmes au cœur des programmes de santé.

Après ces années de travail de première ligne, Vathsala a travaillé durant 12 ans pour une université au Sri Lanka, en partenariat avec des chercheurs du Canada, de la Suède et du Royaume-Uni. Elle a ainsi pu examiner les agents déterminants et les causes profondes de la violence faite aux femmes et y trouver des solutions. En 2013, elle est venue s’installer au Canada, où elle a commencé ses études de doctorat deux ans plus tard.

Grâce à sa formation interdisciplinaire en santé publique et en sciences sociales et en s'appuyant sur ses réseaux solides avec la collectivité du Sri Lanka et la diaspora au Canada, Vathsala cherche maintenant à mesurer l’impact des politiques en matière d'immigration au Canada sur la vulnérabilité à la violence des femmes immigrantes et réfugiées, dans le contexte de leurs multiples identités et des liens qu’elles entretiennent avec leur pays d'origine.